]
Les quotidiens du 18 Jan 2017
[ Midi ]
[ Express ]
[ Moov ]
Home Vie politique Analyse Madagascar sous Rajaonarimampianina. Une réelle démocratie de façade bassement mensongère

Madagascar sous Rajaonarimampianina. Une réelle démocratie de façade bassement mensongère

Une affluence non négligeable, malgré d'autres évènement socio-culturels qui ont été organisés le même jour, avec entrée à moitié payante (groupe Ambondrona à Antsonjombe et Kick-Boxing au palais de sports). En réalité, ce n'était pas (encore) le nombre qui était important, c'était plutôt les messages clairs inscrits sur les banderoles et réitérés de vive voix par les syndicalistes


Il a tout fait pour empêcher le peuple de se rassembler; il a crié haut et fort et à qui veut l’entendre que Madagascar est un état de droit où la justice est indépendante, où les droits de l’homme sont respecté et où existe la stabilité politique.


Mais quelques banderoles ont suffi pour démontrer le contraire.

Lorsque des éléments de l'armée malgache font le boulot de la police, l'heure est grave pour le régime

Que vous soyez "contents" ou pas, le fait est là. Voahangy X. (elle n'a toujours pas de nom de jeune fille) n'a pas effectué son vrai rôle de Première Dame de tous les Malgaches et mère de famille. Son absence indique explicitement que son président de mari n'a aucune emprise sur elle, à propos de ses vraies attributions.

 

Or, elle était présente, avec son beau-fils et Me Nicole son alter ego, lors de l'inauguration d'un terrain de basket de quartier sans vestiaire (ICI)

Tombant un dimanche et au lendemain de deux terribles accidents de la route qui ont fait 12 morts dont 6 écoliers de moins de 10 ans, le 1er mai malgache, pour cette année 2016 n’aura pas (encore) été une démonstration de force populaire. Pas encore…

(Ministère de la) Justice: enterrez la corruption, la disparition des dossiers, le classement sans suite, la non-application des décisions de justice

Mais ce régime Hvm ne peut plus cacher ses défaillances, malgré la censure des médias publics et l’embellissement des faits par ses médiaboliques.


Les dirigeants de "Afo sendikaly" (feu syndical) initiateurs de cette manifestation dans le cadre de la fête du Travail 2016 -VIDEO ICI-

CA SUFFIT! Le député de Madagascar, Paul Bert Rahasimanana alias Rossy, porte-parole du syndicat des artistes: «Tsy mankatoa ny fampijaliana ataon'ny fitondrana misy amin’izao fotoana izao izahay artista ka mila miala haingana ny filoha fa tsy mahomby ny fitondrany». Nous, artistes, nous ne cautionnons pas la misère engendrée par ce régime. Le président doit partir car il est incompétent


Rado Rabarilala et ses trois confrères non réintégrés à Air Madagascar, malgré une décision de justice impérative du tribunal administrative -VIDEO ICI-

Avec un chapeau à bande noire, Lalatiana Rakotondrazafy du parti politique Freedom et aussi Secrétaire générale du Syndicat des journalistes de Madagascar -VIDEO ICI-

Car, encore une fois, ni l’espace ni le temps ne peuvent plus empêcher les vraies informations d’être publiées en ce siècle des TIC. Et ce sera une folie et de l’argent (mal acquis) jeté par la fenêtre que ce projet d’un grand groupe de presse « pro-régime » (lire en fin d'article). Pure folie également que de tenter à minimiser le grand rassemblement organisé par les syndicats des travailleurs existant à Madagascar. Car il y aura forcément une suite qui fera tâche d’huile dans tout le pays. Le stade des simples revendications syndicales est dépassé.

Pour l’heure, les forces de l’ordre n’ont plus osé montrer leur... «force» face au nombre des manifestants venus au stade d’Alarobia. C’est, en effet, une autre paire de manche que de terroriser et gazer une poignée de compatriotes revendiquant les îles éparses ou tout simplement leurs droits les plus fondamentaux. En tout cas, encore une fois, les mensonges de ce président malgache vraiment pas comme les autres ont été aussi visibles que le nez au milieu du visage: plus question de mise en place de la Haute cour de justice; oublié le pacte de ‘non agression » indiqué par La HCC qui a permis de le sauver d’une première déchéance.

Ce n’était donc que reculer pour mieux sauter. Et la priorité de ce régime, au milieu d’un océan de pauvretés, du à une corruption au sommet de l’état, c’est la venue de Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU en fin de mandat. Qu’il vienne donc pour constater de visu les mensonges de Hery Rajaonarimampianina et sa clique qui font encore comme si de rien n’était, tablant toujours sur le brave général Florens Rakotomahanina pour mater ce qu’il considère toujours comme une « minorité agissante ». De leur côté, les évêques de Madagascar se sont enfin réveiller de leur torpeur pour confirmer ce qui est déjà vécu depuis plus de deux ans et qu’ils avaient déjà dénoncé en novembre 2015. Résumé traduit de la lettre du Conseil des Evêques du 30 avril 2016:



« Les mensonges et les vols sont parvenus jusqu’au sommet de l’État. On a même vendu la souveraineté nationale. La société sombre dans un climat de violence et de pauvreté. La population se trouve livrée à elle-même. La violence, le vol et l’exécution sommaire deviennent le quotidien des Malgaches. Les richesses naturelles sont galvaudées, pour ne parler que de l’exploitation illicite de bois de rose, de l’or et des pierres précieuses. Aucune loi précise n’a été mise en place jusqu’à présent, et la gestion des ressources naturelles reste opaque. Mais ce n’est pas seulement les ressources naturelles, c’est aussi les droits fondamentaux et les valeurs de la société malgache qui sont impunément bafoués et troqués contre de l’argent. On nourrit la population malgache par des mensonges ».

Or, au Palais d’Etat d’Iavoloha, le 28 avril 2016, le Président Rajaonarimampianina avait reçu une délégation de l’Eglise catholique Apostolique Romaine conduite par son Excellence Monseigneur Paulo Rocco Gualtieri, Nonce Apostolique à Madagascar, accompagné de Désiré Tsarahazana, Président de la Conférence Episcopale de Madagascar (CEM); Marie Fabien Raharilamboniaina, Vice-Président de la CEM; Jean-Claude Randrianarisoa, Secrétaire Général de la CEM et Odon Marie Arsène Razanakolona, Archevêque d’Antananarivo. Mais la rencontre avait surtout porté sur la célébration du 50ème anniversaire des relations Vatican/Madagascar

 


Une arrestation du sénateur Lylison René, un élu,  stoppera-t-elle définitivement tous les problèmes socio-économiques que traverse Madagascar actuellement? Bien au contraire, ce sera jeter de l'huile sur le feu pour une chute très brutale de ce régime

En persistant à pratiquer la politique de l’autruche, Hery Rajaonarimampianina et son « gouvernement de combat » vont vite se retrouver au pied du mur de la dégringolade. La pire injure faite au peuple malgache consiste en la poursuite du galvaudage des terres malgaches, révélé par le sénateur Lylison René que ce régime cherche à appréhender. Il s’agit des faits et des méfaits du « nouveau » ministre des Travaux publics, Eric Razafimandimby. Celui-ci avait déjà eu le même portefeuille dans le gouvernement du Premier ministre, Monja Roindefo, en 2009. Hery Rajaonarimampianina élu, cet Eric est devenu conseiller spécial chargé des relations avec la Chine. C’est à ce titre qu’il est descendu dans la région de la Sofia pour procéder à la mise en place de piquets jusque dans les rizières et autour de tombeaux ancestraux. A l’époque, il avait déclaré que ce n’était juste que pour un relevé topographique. Puis, soudain, comme un voleur, il intègre le gouvernement d’Olivier Mahafaly corrupteur (ICI) et pitre (ICI), remplaçant Roland Ratsiraka « affecté » au Tourisme.

Dans la dernière semaine du mois d’avril 2016, Eric Razafimandimby débarque à Mandritsara avec une floppée de Chinois en 4X4. Et comme par hasard, le Premier ministre en personne est venue à Antsohihy, ville située en plein cœur de la région Sofia, sur la route de Mandritsara. La population a commencé à réagir… C’est cela que le sénateur Lylison a révélé. Alors, si 2+2=4, il ne faut pas chercher bien loin qui est le ministre qui a payé 1,5 milliard de Fmg pour faire partie du gouvernement (ICI).


Par conséquent, même si le chef d’Etat réagi dans le bon sens, ce qui relèverait du miracle, c’est trop tard pour lui. Car du côté de l’Assemblée nationale, il devra s’attendre à une très mauvaise surprise. Mille mallettes magiques risquent de ne plus suffire pour acheter encore une majorité trop superficielle, trop artificielle. Et Hery Rajaonarimampianina risque de perdre de l’argent –déjà mal acquis- et sa place pour de bon cette fois-ci.

Cela, en tout cas, fera pour le pays, l’économie d’un coup de force (coup d’état) et ses impacts néfastes. Mais il est certain que la communauté internationale se précipitera pour fixer la date d’une nouvelle élection présidentielle. Comme au Niger, comme au Togo, comme au Mali, comme au Burkina Faso.

Le bâtiment au premier plan n'est pas un vestiaire mais une... bibliothèque!

Car la vérité est que le président au nom le plus long du monde n’est plus en odeur de sainteté dans les hautes sphères dirigeante mondiales. Trop de paroles mais aucune action d’envergure réelle. A part l’inauguration d’un terrain de basket de quartier sans vestiaire. Le comble pour un sportif.

Jeannot Ramambazafy – 02 mai 2016

************


Paysage médiatique: Les organes pro-régime se dévoilent

Catégorie : Politique

Publication : 29 avril 2016

Lancement d’une nouvelle entité journalistique dans les prochains jours, selon les bruits qui courent depuis un certain temps. Un groupe de presse, toujours selon les rumeurs, qui versera assurément dans le soutien du régime en place. Car le cas contraire semble impossible, vu la conjoncture économique de l’heure ne permettant guère aux opérateurs intéressés de s’aventurer dans de telles entreprises. Autrement dit, seuls ceux qui fréquentent le cercle fermé des tenants du pouvoir ont le privilège de tenir des activités d’une telle envergure car bénéficiant en retour du soutien du régime d’une part, et de l’autre disposant des moyens nécessaires et indispensables pour assurer le démarrage et le fonctionnement de leurs activités…

D’après les bruits qui circulent toujours, ce nouveau groupe de presse rassemble des journalistes connus et reconnus d’une façon ou d’une autre sur la scène locale, mais aussi des jeunes journalistes voulant faire carrière dans le domaine. Parmi la première catégorie, l’on peut citer notamment trois noms qui se connaissent bien dans l’exercice du métier étant donné qu’ils ont un certain nombre d’années d’expérience derrière eux. A savoir, Rolly Mercia, Rocco Rasoanaivo et Lambo Tahiri qui, à une certaine époque, se considéraient mutuellement comme des ennemis déclarés. Ce qui laisse présager, du côté des observateurs, la fragilité de cette relation qui s’annonce éphémère de surcroît…

Mis à jour ( Lundi, 02 Mai 2016 17:48 )  
Bannière

Madagate Affiche

 

Jeannot Ramambazafy: Compte Twitter

 

Ambohimalazabe. Manameloka ny fandoroana ny Rova ny Printsy Dr Ndriana Rabaroelina

 

Madagate.org: nodimandry ny renin’ny mpaka sarinay Harilala Randrianarison

 

Hery Rajaonarimampianina, 31 Desambra 2016. Tena Filoha tokoa va re sa...?

 

Pour lutter contre Lucifer, restons dans la Lumière

 

Madagascar bénéficie d’un financement de plus de 3 millions de livre sterling du DFID du Royaume-Uni

 

Antananarivo BIT. Esquisse d’un plan d’action national dans l’optique de l’ODD 8

 

Madagascar 2014-2016: sous le sceau de Lucifer. Contenu, où, combien?

 

Razafindrakoto Gérard «Randrenja». Lasa ny «rôle» fa ny sarimihetsika notontosainy hitoetra mandrizay

 

Ranavalona III. Never forget the Last Queen of Madagascar