]
Les quotidiens du 24 Nov 2017
[ Midi ]
[ Express ]
[ Moov ]
Home Editorial Madagate Affiche Madagascar Sport auto. Jimmy Rakotofiringa et sa volonté de tout escamoter

Madagascar Sport auto. Jimmy Rakotofiringa et sa volonté de tout escamoter

C’est aujourd’hui mercredi 15 novembre 2017, que la FSAM (Fédération du Sport automobile de Madagascar) va réunir un « tribunal sportif » pour statuer sur le sort des 4 personnes qu’il a suspendu de toute compétition de sport automobile pour une période de 2 ans et de faire partie de l’administration des clubs et de la fédération pour une période de 4 ans.


Leur crime? Avoir osé demander un audit des comptes de la FSAM sous sa présidence. De qui parle-t-on? Mais de Jimmy Rakotofiringa alias BB, alias le Chinois bien évidemment! L’homme dont le nom sera retenu par l’Histoire pour avoir politisé ce sport noble dans tous les sens du terme. Flash back chronologique sur une minable histoire de détournements d’aides financières de la FIA (Fédération internationale de l’Automobile), déguisée en «main de fer» d’un apprenti dictateur récidiviste car déjà condamné pour abus de confiance assorti de détournement de fonds.


Le temps n’efface pas les crimes commis, Jimmy!

Décidément, en voilà bien un qui croit vraiment que le temps effacera les crimes qu’il a commis. En l’occurrence le détournement des fonds alloués par la FIA. Il s’agit, bien évidemment, de Jimmy Rakotofiringa, donc, président de la FSAM qui vient encore une fois de reculer pour mieux sauter. Il veut embrouiller les esprits mais heureusement que les archives écrites restent. Que lui avait-on demandé, au départ? Un audit des comptes de la FSAM. C’est devenu une affaire de corruption teintée de politique. Puis, le silence pour mieux réfléchir à la dernière diablerie à mettre en action, sans aucun doute. Ainsi, parce que le cabinet chargé de l’audit n’a pas pu prouver que les comptes de la FSAM étaient clairs, il a été obligé d’abandonner la partie (le cabinet Apex pas Jimmy). Fort de cela, voilà le Jimmy en question qui reprend du poil de la bête en compliquant encore plus l’affaire qui le concerne particulièrement, mais dans laquelle il veut impliquer d’autres mécréants qu’il a acquis à sa cause d’une manière ou d’une autre.

Retraçons ensemble la chronologie de l’histoire :

- 07 mars 2016: Lettre de démission du Trésorier de la FSAM

- 27 février 2017: Attestation de dépôt de plainte Police économique

- 06 mars 2017: Convention Bipartite entre les présidents de clubs d'une part et les membres du comité Directeur plus 4 licenciés

- 13 mars 2017: Lettre de ACCT demandant clarification des comptes suivie des sanctions (La sanction tombe mais le compte reste flou)

- 24 avril 2017: Doléance au Ministère suivant conseil du DSF

- 24 avril 2017: Accusé de réception de la doléance par le bureau DSF

- 24 avril 2017: Accusé de réception de la doléance par le bureau FSAM

- 24 avril 2017: Copie du jugement de Jimmy Rakotofiringa pour abus de confiance et détournement

- 10 mai 2017: Rapport financier FSAM 2016

- 18 mai 2017: Notification de retrait à titre préventif de licence

- 19 mai 2017: Rejet de l'appel de suspension

- 29 mai 2017: Ordonnance du Tribunal pour l’audit des comptes appartenant à la FSAM

- 5 juillet 2017: Demande de pièces par le Cabinet APEX en vue de l’audit

- 5 juillet 2017: Les pièces demandées sont fournies à l’auditeur.

- 10 juillet 2017: accusé de réception des pièces par le cabinet APEX

- 24 juillet 2017: Convocation au Tribunal

- 20 octobre 2017: lettre de l’auditeur annonçant l’impossibilité de mettre en œuvre les procédures nécessaires pour obtenir l’assurance raisonnable qu’il n’existe pas d’inexactitudes ou d’anomalies importantes.

- 21 octobre 2017: Assemblée générale extraordinaire de la FSAM pour élire les membres du tribunal d’appel de la fédération, malgré la correspondance en date du 27 juillet 2015 venant du président de la FSAM:

«Suite à l'AGE du Samedi 25 Juillet 2015 en vue de la constitution du Tribunal sportif avec l'élection de ses membres, nous vous faisons parvenir sa composition:

- Président du Tribunal: Ratrimoarivony Solo

- Membres Titulaires: Andrianoely Gérard et Rakoto David

- Membres Suppléants: Rabesaotra Jean Paul et Rakotoniaina Voahangy.

Ce Tribunal Sportif est élu jusqu'en fin 2017, durée du mandat du Comité Exécutif de la FSAM actuel (2014-2017) ».


Par ailleurs, lors de cette Assemblée générale, la fédération a délibérément déformé la lettre de l’auditeur en annonçant que «la FSAM est étonnée que l’audit ait pris tout ce temps pour qu’à la fin, l’auditeur abandonne le travail». Le vice-président de la FSAM nouvellement élu a, de son côté, martelé qu’il «n’est pas satisfait de la décision prise par le conseil de discipline», qu’il aurait voulu que «les 4 personnes qui ont osé dénoncer les magouilles auraient dû être radiés à vie». Primo, un cabinet d’audit n’est et ne sera jamais à la solde d’un audité; secundo s’il a dû abandonner, c’est parce qu’il l’a spécifié noir sur blanc: «il n’a pas pu obtenir l’assurance raisonnable qu’il n’existe pas d’inexactitudes ou d’anomalies importantes». En clair: les comptes de la FSAM (il y en a trois à ce nom!) ne sont pas… clairs.


Du coup, Jimmy Rakotofiringa saute alors sur l’occasion pour changer illégalement les membres du tribunal sportif qui sera, ainsi, acquis à sa cause perdue. Et pour tenter de renflouer sa caisse trouée ou plutôt vidée, il a organisé ce truc à Mahamasina, le week-end dernier, qui a rameuté des sponsors naïfs, dans le cadre d’un RIM (Rallye international de Madagascar) sans participants étrangers. C’était pourtant le 38è du nom. Résultat? Aucun résultat de la compétition, justement. Car même ici, tout était flou. Et Jimmy a osé affirmer que «c’est règlementaire».


Mais de tout çà, je n’en ai rien à cirer. Je le répète: le temps n’efface pas les crimes commis, Jimmy! Pour l’heure, la FIA attend avec impatience les raisons de cette suspension d’une durée 4 ans pour les 4 licenciés. Demande à laquelle il n’a toujours pas daigné répondre. Même par pure politesse. Et s’il croit que la FIA ne s’intéresse pas à son cas, il se trompe lourdement. Cependant, j’ajouterai un mot sur ce 38è Rim en reprenant le titre du confrère Clément Rabary de Midi Madagasikara, qui a considéré cette compétition comme truffée de «bévues qui se multiplient au sein de la FSAM».

 

Rien à dire et à redire: les bévues financières de Jimmy Rakotofiringa ont des impacts semblables dans l’organisation même d’une compétition importante pour le championnat de Madagascar: négatifs. Et, avec sa volonté de tout escamoter, Jimmy Rakotofiringa risque bien de disparaître de lui-même du monde du sport automobile de Madagascar. Tout est possible ici bas les amis. Cela s’appelle jouer les filles de l’air. Mais on est bien souvent rattrapé par un passé sans barre stabilisatrice.


Jeannot Ramambazafy - Article publié également dans le quotidien La Gazette de la Grande Île de ce mercredi 15 novembre 2017

Mis à jour ( Vendredi, 17 Novembre 2017 06:23 )  
Bannière

Madagate Affiche

 

Pour lutter contre Lucifer, restons dans la Lumière

 

Soanierana Ivongo. Me Tody Arnaud sy ny maha ratsy ny fampiasana fahefana miborioka

 

Antananarivo. Bazar de Noël 2017 du WMG, le 26 novembre au Carlton

 

AKAMMA. Fikambanan’ireo Ben’ny Tanàna Ambanivohitr’i Madagasikara

 

Hery Rajaonarimampianina. Grande manip’ avec la complicité du système de l’ONU

 

Madagascar Sport auto. Lanto Rajaonarison, énième victime de Jimmy Rakotofiringa

 

Madagascar Sport auto. Jimmy Rakotofiringa et sa volonté de tout escamoter

 

InSPNMad. C’est la rentrée pour cette Université internationale professionnalisante

 

Antananarivo. 4è Festival mondial des Lémuriens, patrimoine national et amis à protéger

 

Jeannot Ramambazafy: Compte Twitter