]
Les quotidiens du 26 Feb 2017
[ Midi ]
[ Express ]
[ Moov ]
Home Accueil A la une Augustin Andriamananoro. Richard Ramamonjiarivelo, l’homme par qui la persécution est arrivée

Augustin Andriamananoro. Richard Ramamonjiarivelo, l’homme par qui la persécution est arrivée

Dans la salle, g. à dr.: Mamy Lalatiana Andriamanarivo (ami rotarien ministre de la Santé); Hugues Ratsiferana et Me Nicole Andrianarivoson (conseillers spéciaux) et  Béatrice Attalah (ministre des Affaires étrangères) qui  ont applaudi de manière incongrue

Il y a de quoi applaudir en effet. A l'issue de la Conférence de Paris qu'il organisera, les 1er et 2 décembre 2016, le président Rajaonarimampianina espère «récolter» 3,3 milliards USD, de la part des bailleurs de fonds internationaux et auprès du secteur privé international, pour «les besoins immédiats des projets structurants». Et, dans son discours, il a ajouté, le plus sérieusement du monde: «Le plus important est le respect et le suivi des engagements, gage du capital-confiance». Ben, comme il a respecté son serment de... respecter la constitution comme la prunelle de ses yeux, quoi. Haute cour de justice, où es-tu? Pacte de responsabilité où es-tu? Délestages définitivement résolus en 3-6 mois où êtes-vous?

A présent, passons sur ce qui désormais appelée « affaire Augustin Andriamananoro »

Qui est Richard Ramamonjiarivelo ?

A peine nommé Dircab de la Première dame, Richard Ramamonjiarivelo jouant les bons samaritains au palais d’État d'Iavoloha, au nom de Voahangy Rajaonarimampianina

Selon des documents remontant du temps où Lila Hanitra Ratsifandrihamanana était ministre des Affaires étrangères, ce Richard avait fait l’objet d’une note de rapatriement d’office de l’ambassade de Madagascar à Paris, pour faux, usages de faux et corruption avérée.

Pour plus de précisions -car il suffit d’un rien sous ce régime Hvm pour être taxé de propagateur de fausses nouvelles-, cette note date du 29 novembre 2001 dont la raison se base sur le parcours de ce Richard. Ainsi, le 27 novembre 1997, selon le décret n° 2427/936 MINU DU 27.05.93 du12 novembre1997, qui l’a considéré comme un instituteur de catégorie II, il a été nommé surveillant général du Foyer universitaire de Cachan, en région parisienne, avant d’être transféré à la représentation malgache à l’Unesco (Paris).


Lila Hanitra Ratsifandrihamanana

Le 12 décembre 1998, selon une licence es-lettres (études françaises), diplôme qu’il aurait eu le 09 mars 1993, il monte en grade et selon le décret N°1119-98/FOP/R.3 du 17 février 1998, il devient professeur licencié. A l’époque, le ministre de la Fonction publique était Ratovonelinjafy. Or, par la suite, il s’est avéré que ce « diplôme » a été refusé par la Faculté des Lettres et Sciences humaines (FLSH). En effet, Richard Ramamonjiarivelo n’a jamais figuré sur la liste des étudiants de cette Faculté, selon la lettre n° 10-01/FLSH/ GR/SCOL tamin’ny 11 janvier 2001. Ce ne sera qu’un élément d’une ascension trop belle et rapide pour être authentique.

Le 09 octobre 2000, est la date qu’il a déclaré être celle où il a reçu un diplôme de Relations internationales approfondies émanant du prestigieux CEDS (Centre d’études diplomatiques et stratégiques) de Paris, créé à l’origine, en 1899, par Jeanne Weill alias Dick May. Du coup, il monte en grade pour devenir fonctionnaire de catégorie VIII. Enfin, le décret 12.669/2000-FOP/R.3 du 17 novembre 2000 le classe en tant qu’agent diplomatique et consulaire. Et c’est après tout cela que la ministre Lila Hanitra Ratsifandrihamanana découvre le pot-aux-roses, d’où la note de rapatriement. C’était sous Didier Ratsiraka.

Roissy Charles-de-Gaulle, salon d'honneur. Richard Ramamonjiarivelo dans son rôle de chef du protocole de l'ambassade de Madagascar à Paris

Entre-temps, vinrent les évènements qui ont secoué le pays. Qui a trompé qui en 2002 et après ? En effet, son rapatriement immédiat n’a pu être effectué et il est même resté en poste grâce au ministre Ratovonelinjafy qui a changé de camp durant la crise post-électorale de 2002. Grâce à son art de la servilité, sous Marc Ravalomanana, malgré ses faux diplômes, il réussit à se maintenir à un haut niveau ayant été chef du protocole de l’ambassade à Paris. Et il gardera ce poste durant toute la transition dirigée par Andry Rajoelina ! Il a même été décoré ! C’est durant cette période que j’ai du fréquenter ce personnage disant à longueur de phrases, des gros mots qu’il n’a pas du apprendre au CEDS en tout cas. Je n’ai jamais côtoyé de gens aussi condescendant et aussi servile que lui de ma vie. Il a dans la peau cette attitude du « sakaizan’ny mpandresy » (ami des vainqueurs). Ainsi, à peine les résultats de la présidentielle connus, il est aperçu au côté du couple Rajaonarimampianina. Connaissant tel que je le connais, il n’a pas du perdre trop de temps pour dire du mal de tous les dirigeants de la transition.

Puis, il a été chargé de mission et est (enfin) rentré au pays. Enfin, début mars 2016, sa stratégie de larbin lénifiant paie. En effet, Eliane Raveloson est balayée pour lui laissé la place de Directeur de « Cabinet » de la Première dame. Comme l’a si bien écrit R.O. dans Midi Madagasiraka, je cite: « A propos, notons que Voahangy Rajaonarimampianina est la première …Première Dame à avoir son propre cabinet. En effet, nonobstant le cas de Mialy Rajoelina dont le mari n’était pas un Président de la République élu, aucune autre épouse de chef d’Etat ne disposait de cabinet particulier. Cela n’a pas empêché les Justine Tsiranana, Céline Ratsiraka, Thérèse Zafy et Lalao Ravalomanana de remplir leur rôle de Première Dame, chacune à sa manière ». (fin de citation). J'ajouterai seulement qu'elles, elles ont tous un nom de jeune fille que leurs parents leur ont donné... (ICI pour votre culture)

Soamahamanina, 22 septembre 2016. Augustin Andriamananoro expliquant à Monsieur le Dir Cab que le feu qui a pris a été du aux grenades lacrymogènes lancées n'importe comment et n'importe où. Mais le Richard a du faire un rapport à sa manière... (VIDÉO ICI)

Mais enfin, Richard le magicien va pouvoir jouer au petit « sefo gasy ». Le jeudi 22 septembre 2016, la grande question demeure: que diable faisait-il à Soamahamanina et à quel titre ? Il ne pourra nier le fait car il a bien discuté avec Augustin Andriamananoro, assis dans un 4X4 de la présidence. Et la suite rend très perplexe lorsque l’on sait que, malgré tout, l’ancien ministre des Postes et ancien Directeur général de l’OMERT, a toujours été en bons termes avec le Général Florens Rakotomahanina.

A peine son intervention (ICI) achevée, c'est en direct qu'Augustin Andriamananoro revient sur le plateau poursuivi par deux individus qui n'ont pas osé affronter la caméra en direct

En effet, à peine sorti de son intervention sur la chaine Viva Madagascar, qu’il est accosté puis poursuivi par deux individus en civil très louches. Entre-temps, un 4X4 de l’Emmoreg a surgi de nulle part. Les deux gars étaient venus pour discutailler avec Augustin Andriamanoro, sur ordre « du commandant de compagnie ». Lequel? L’ancien ministre et membre du bureau national du MAPAR a réussi à leur échapper et a fait irruption dans le studio qui diffusait en direct. Conscients de ce fait, les deux poursuivants n’ont pas osé se faire voir par la caméra.

Assez jeunes qui sont-ils exactement? Mais ils semblent connaître les hommes en treillis venus en « renfort »...

Voyant l'affluence des journalistes et le nombre de gens venus à Ambodivona, ils se sont repliés... Emmo sécurité. Sécurité de qui?

Mais nous avons donc leur photo…. Hormis le fait, que la station audiovisuelle Viva, sise à Ambodivona, est un domaine privé, l’heure était tardive et hors du cadre légal, même s’ils étaient venus avec un mandat d’arrêt ou d’amener. Ils n’en avaient même pas. Mais il faut dire que certains esprits hantés de redevenir brusquement simples citoyens, ont de la suite dans les idées. En tout cas, il s’agissait d’une énième tentative d'arrestation arbitraire et d’enlèvement (kidnapping). Ce qui est contraire aux droits fondamentaux universels de l'Homme.

Domicile d'Augustin Andriamananoro, le 23 septembre 2016. A gauche, son épouse. Rien n'a été trouvé comme lors des perquisitions, heu persécutions, précédentes

Donc, ce matin du 23 septembre 2016, dès 6h du matin, voilà que les deux mêmes individus débarquent au domicile d’Augustin Andriamananoro à Ampitatatafika. Ils sont munis d’un mandat de perquisition, signé par un juge aux ordres (de qui ?) mais qui ne précise pas ce qu’ils doivent chercher et trouver. Bien évidemment, comme toutes les précédentes perquisitions (Chez le Sénateur Lylison, chez le P-Dg de Sodiat, Mamy Ravatomanga, chez le restaurateur, Franck Legrand, chez la Député Nina de Mahajanga), rien n’a été trouvé justifiant une arrestation. La suite ? Ces couards vont trouver une excuse, ne vous en faites pas. Jusqu’à quand ce manège, ce terrorisme d’État (car utilisant des membres des forces de l’ordre) va-t-il se poursuivre ?

Qui donne réellement les ordres? Voahangy Rajaonarimampianina ? Florens Rakotomahanina ? Ou bien Richard Ramamonjiarivelo a-t-il pris l’initiative de son propre… chef jusqu’à ordonner à un juge de signer un mandat de perquisition ? Nous le saurons un jour ou l’autre. En attendant, la psychose s’est bel et bien installée au sein de l’opposition. Mais ce n’est pas ce genre de démarche digne de la gestapo d’Hitler qui empêchera l’inéluctable. A présent, il suffit d’un rien pour que ce régime Hvm/Rajaonarimampianina fasse partie de l’Histoire de Madagascar à oublier très vite. Parole de journaliste qui a connu toutes les périodes de 1972 à ce jour.

Les autres photos et vidéos relatant ce terrorisme d’État sera sur youtube incessamment.

Qui est Augustin Andriamananoro, en photos?

Augustin Andriamananoro a vraiment tout fait pour que le candidat n°3 soit élu. Surtout à Soamahamanina. Sa récompense? Il a été brutalement limogé de son poste de Dg de l'OMERT et, à présent, il est persécuté comme le dernier des malfrats

En tant qu'ancien ministre, il est invité tous les ans par l'ambassade américaine pour l'Independence Day. Ici, avec SEM Robert Yamate qui a sûrement été choqué par ce traitement de... choc mais qui ne dira rien en public. Mais il est certain qu'il transmettra à la Maison-Blanche, si ce n'est déjà fait. Internet n'est pas fait pour les chiens qu'on veut abattre car accusés de rage...

LES AUTRES PERSÉCUTÉS, POURTANT ALLIES DU PRÉSIDENT RAJAONARIMAMPIANINA

A droite, au fond, Mamy Ravatomanga qui a présenté Hery Rajaonarimampianina (qui travaillait pour lui) au président de la transition qui l'a nommé ministre des Finances et du Budget durant toute cette période transitoire. Sa récompense? IST (Interdiction de sortie du territoire) et perquisition à son domicile et dans ses bureaux (ICI)


Lanto Rakotomanga (2è à partir de la gauche). Sa persécution (ICI) a démontré que pour ce régime Hvm, l'immunité parlementaire ne vaut pas un clou


http://www.madagate.org/images/pics/2016/06/lylison07.jpg

Le Colonel Lylison René, élu Sénateur dans la province de Mahajanga. Considéré comme un adversaire par le régime Hvm, son domicile a été perquisitionné par un bataillon de 300 hommes. Il a été accusé de « flagrant délit d'appel à ville morte » (ICI). Il a vraiment fallu inventer ce... crime. Actuellement, il fait l'objet d'un mandat d'arrêt

Franck Legrand (à gauche), neveu de l'ancien premier ministre, feu Me Francisque Ravony. La perquisition de son domicile (ICI), demeure un mystère

La Député de Madagascar, Nina (à droite), élue à Mahajanga, qui a tout fait pour que ce candidat soit élu. Sa récompense? Violation de son domicile au petit matin et emprisonnement de son frère et d'autres adolescents (ICI)

Lors de cette série de perquisitions, qui n'a rien à envier à la gestapo sous Adolf Hitler, rien de bien incriminant n'a été trouvé chez tous ces persécutés, pourtant amis et alliés de l'expert-comptable devenu président de la république. Qu'est-ce? de l'ingratitude les gars!

Solo Rasoarahona (à gauche), ami de plus de 20 ans du président de la république. Mais attention grand frère! il faut s'attendre à tout avec certains personnages de son entourage. Surtout après ta virée chez les Ampanjaka Antambahoaka à Mananjary...

Quant à moi, à 62 ans vous savez, on n'a plus peur de la mort...

Ces deux ministres que j'ai côtoyés ne sont plus les mêmes. Dieu que le pouvoir corrompt. Hélas, c'est écrit depuis plus de 2000 ans... Gare à la justice immanente, à défaut de la justice des hommes. Pour l'heure, c'est eux qui font la loi, leur loi du plus fort qui balaie l'idée même que rien n'est éternel ici-bas et que lorsqu'on tombe de haut, çà fait mal. Très mal...

Jeannot Ramambazafy – 23 septembre 2016


Mis à jour ( Dimanche, 25 Septembre 2016 05:03 )  
Bannière

Madagate Affiche

 

Madagascar Agriculture. Accord exclusif signé entre Agrivet et ESCORTS Machinery

 

Pour lutter contre Lucifer, restons dans la Lumière

 

Ranavalona III. Never forget the Last Queen of Madagascar

 

Madagascar. SeFaFi. Déni de réalité et répression, les ingrédients de l’échec

 

Journalism. UN Secretary General pledges to take action on journalist safety

 

Jeannot Ramambazafy: Compte Twitter

 

Toamasina. « Fantatro ny zo hananako », hoy i Lindbergh Chrys Yves

 

Madagascar. Vers la transparence des finances publiques avec l’appui des journalistes

 

Madagascar. Ecobak ou le recyclage de la paperasserie administrative

 

Richard Ratsimandrava. Colonel de gendarmerie assassiné le 11 février 1975