]
Les quotidiens du 29 Jun 2017
[ Midi ]
[ Express ]
[ Moov ]
Home Sport et Loisirs Madagascar Sport auto. Jimmy Rakotofiringa, récidiviste, va en sens interdit

Madagascar Sport auto. Jimmy Rakotofiringa, récidiviste, va en sens interdit

Monsieur Jimmy Rakotofiringa alias BB, président de la FSAM (Fédération du sport automobile de Madagascar) est-il tombé sur la tête pour oser aller, sans vergogne, en sens interdit (appelé aussi sens unique) et sans ceinture de sécurité? Il semble bien. Et lorsqu’il imite le mode de gouvernance du parti politique Hvm, c’est inexcusable pour un élu dans le monde du sport automobile. Explications très simples car, avec ce genre de sbire à l'esprit tordu, tout a tendance à être très compliqué. Sauf la Vérité ("FAHAMARINANA").


Car, oui, Mesdames et Messieurs, cet individu qui se prend pour un monsieur donneur de leçon est fortement impliqué dans une affaire d'abus de biens sociaux, détournement de fonds, faux et usages de faux et cette affaire est en cours.

Il y a un temps à tout et chaque chose en son temps. Il y a quelques semaines, des journaux avaient publié une histoire pas anodine du tout.

DÉTOURNEMENT DE FONDS : Scandale au sein d’une fédération sportive

Par Freenews le 06/03/2017

Un procédé pénal est actuellement en cours à l’encontre d’un président d’une fédération sportive. Pour ne pas empiéter l’enquête au niveau de l’instruction et par respect de la présomption d’innocence, ni le nom de la fédération, ni le nom de la personne prévenue ne seront cités. Ce que l’on peut affirmer jusqu’ici c’est que plusieurs membres de cette association sportive d’envergure ont porté plainte contre leur président pour détournement d’une importante somme en devises.

D’après les enquêtes effectuées, cette fédération bénéficie d’un financement auprès d’une instance internationale. Depuis 2012, le montant de cette aide financière s’élèverait à plusieurs dizaines de milliers d’euros. Afin de remplir les conditions d’éligibilité, Madagascar doit soumettre à cette instance des programmes sportifs bien définis. Une offre technique et financière sont envoyées pour être étudier par cette entité internationale. Pour constituer les dossiers, la fédération malgache doit faire appel à des consultants et à une équipe d’experts issus même de l’association. Ces derniers sont rémunérés et leur profil ainsi que chacune de leurs attributions sont mentionnés dans le rapport final d’activité. Une fois le programme validé, on établit une facture pour procéder au paiement. Chaque programme retenu est subventionné par tranche. La caisse devrait être vide de nouveau après le règlement des projets retenus et des charges administratives. Mais par souci de trésorerie, certains membres ayant travaillé sur le dossier de financement ont préféré ne pas toucher leur salaire. Toutefois, en mars 2016, un des membres de la fédération a découvert par hasard une somme restante importante dans la caisse. Un écart de plusieurs milliers d’euros si on enlève le montant prévu pour les salaires non perçus. Depuis un an, la fédération n’est pas dotée d’un trésorier. De ce fait, le président gère à la fois la caisse.

60 000 euros

Alertées par cette anomalie, les personnes qui se sont constituées en tant que bénévoles ont aussitôt demandé des comptes à leur président. Très habile et manipulateur, le principal concerné tente de se justifier mais en vain. En juin 2016, l’équipe de consultants a préféré réclamer leur rémunération par peur d’un éventuel détournement de fonds. Jusqu’ici, cette requête n’a pas abouti. Le président refuse de donner les pièces justificatives pour faire l’état de compte. Une plainte pour fraude financière et détournement est déposée à son encontre. Au total, cet individu est soupçonné d’avoir détourné une somme avoisinant les 60 000 euros. Etant en mauvaise posture, le président de cette fédération tente d’user de toutes ses relations pour se tirer d’affaire. Il aurait même sollicité l’intervention de sénateurs mais sans succès. Aujourd’hui, il veut se placer en tant que victime et cherche à faire un lobbying auprès des présidents des clubs sportifs. D’après les recoupements, le président en question aurait réglé les factures de la Jirama de sa maîtresse à travers des chèques au nom de la fédération. Toujours selon nos investigations, l’homme ne serait pas à sa première malversation car il a déjà été condamné à 8 mois de prison avec sursis pour un dossier du même genre. Les membres actifs de cette fédération sportive réclament tout simplement sa démission. Malgré une gestion pas nette de la trésorerie, le président refuse de rendre son tablier. Ce cas de figure illustre le problème qui fragilise les grandes fédérations sportives à Madagascar. Toutes disciplines confondues, la corruption, le détournement et le trafic d’influence ternissent l’image du sport dans le pays. Le jugement sur cette affaire nous permettra d’apporter plus de précision.

La Rédaction


********************

Jusque-là, dans les journaux locaux, aucun nom n’est cité. Le «président d’une fédération sportive» alerte alors les présidents de club pour le défendre. Et c’est là que commence sa politisation de cette affaire du style Nivo Ratiarison, cet ex-directeur de Cabinet de l’ex-ministre de la Communication, condamné à 5 ans de travaux forcés pour détournement de deniers publics, en autres. Que s’est-il passé ? Quoi qu’il en soit, voici le compte-rendu d’un autre journal local:

Sport automobile – Le comité directeur reste en place

24.03.2017 | L’Express de Madagascar

Jimmy Rakotofiringa, alias Bebeh, président de la Fédération du sport automobile de Madagascar reste en place. De même pour les membres du comité exécutif. Une demi-douzaine d’individus ont réclamé leur départ, il y a quelques jours.

Une assemblée générale extraordinaire a été organisée, hier au Palais des sports et de la culture Mahamasina. Le principal ordre du jour concernait l’officialisation d’une convention devant entériner leur démission.

Les onze clubs, constituant la FSAM, ont alors procédé à un vote. Celui-ci a débouché sur le rejet de cette convention, à hauteur de dix voix contre un. Les clubs ont ainsi réaffirmé leur confiance aux dirigeants fédéraux actuels, qui poursuivront leurs activités et garderont leurs fonctions pour cette dernière année de leur mandat.

La prochaine élection est prévue pour 2018. Dans une quinzaine de jours, la FSAM procèdera à une assemblée générale ordinaire. Concernant le calendrier définitif des compétitions pour la saison 2017, il devrait être publié prochainement. Ce qui est sûr, c’est que les échéances prévues ce mois de mars sont repoussées à des dates ultérieures.

H.L.R.

********************


En fait, Mister Jimmy a fait appel a son ami le Sénateur Berthin Randriamihaingo, maître d’œuvre d'une «convention» qui a plus fait pression contraire à la teneur initiale, qu'impression sur quelques présidents de club. Ainsi, malgré cette convention signée par tous les présidents de club, c'est le contraire qui s'est produit, grâce au vote à main levée. Dès lors, elle est encore de Madagascar cette « société à la fois efficace et juste», dixit Emmanuel Macron, candidat au second tour de la présidentielle française. Du coup, ce président de la FSAM, réélu en 2014 se sent pousser des ailes et se croit tout permis. Mais son financier (trésorier) a préféré quitté cette FSAM opaque sans sa gestion financière, justement...


Lors de l’Assemblée générale (la 4ème en moins d'un mois, un record) tenue le 25 avril 2016, voilà qu’il monte sur ses grands chevaux et menace de suspendre, pour 5 ans, des pilotes licenciés, avec pour excuse un «préjudice moral à l’encontre des dirigeants de la fédération» et une démarche «contre l’éthique sportive». Pour Jimmy Rakotofiringa, fort de ses appuis politiques donc, dénoncer une mauvaise gestion constitue donc un préjudice moral. Mais qui est donc cet énergumène qui prétend donner des leçons et qui a même osé menacer une présidente de club?

Ici, la réalité et la vérité vont lui tomber à bras raccourcis avec preuves irréfutables à l’appui. Cela vous permettre de découvrir aussi un homme capable de tout, du pire surtout. Lui qui parle de préjudice moral, que connaît-il de la morale, justement? Lisez ce qui suit :

Yes, messieurs dames: ce donneur de leçon a bel et bien été condamné pour abus de confiance dans une histoire de gros sous. Ainsi, dans le contexte de la gestion de l’argent octroyé par la FIA (Fédération international de l’automobile) il n’est rien d’autre qu’un vulgaire récidiviste. De sa vie privée, on s’en balance, mais face à cet antécédent, il a été plus que normal que des présidents de club demande des comptes. Mais qu’a fait ce monsieur tout d’un coup devenu minable par sa propre faute? Au lendemain de sa réélection, en 2014, il a annoncé la couleur de ce que serait son mandat en menaçant son challenger. Pas par voix orale mais par écrit. Je publierai cela en temps voulu ainsi qu’un enregistrement audio si nécessaire.

En fait, que demandent ces présidents du club, pilotes licenciés de surcroit, moins amorphes que les autres présidents, robots par habitude ou par pression, sans vision pour un futur meilleur car vivant le temps présent?

* Effectuer un audit sur le compte de la FSAM. Pour ce faire, quatre entités ont été approchées. Mais Mister Jimmy, le récidiviste, a toujours esquivé cette solution. Why? Ci-après les doléances que ce président de la FSAM aurait du lire lors de l’AG du 25 avril 2017. Mais il ne l’a pas fait et, au contraire, a donc menacé d’une suspension de 5 ans -ni plus ni moins-, contraire aux statuts et au règlement intérieur même de la FSAM. Je ne veux pas entrer dans un juridisme à la Rolly Mercia mais à vous de d'approfondir ce sujet.

AMBARA FA MELOKA signifie: EST DÉCLARÉ COUPABLE et NIVADIKA FITOKISANA veut dire A ABUSÉ DE LA CONFIANCE



Voilà donc où nous en sommes en ce qui concerne cet individu récidiviste qui a tout bonnement politisé le monde du sport automobile à Madagascar.

Pour en revenir à sa décision de suspendre les personnes justes, il aura tout intérêt à lire et relire l’annexe 1 du règlement intérieur concernant le conseil de discipline qu’il entend mettre en place APRÈS sa condamnation de 5 ans de suspension. Mais c’est du Hvm tout craché tout çà ! Enfin, lors de l’AG du 25 avril, hier donc, il veut faire plus fort que le Hvm. En effet, il va changer le système de décision au prorata des voix par le vote à main levée. Vous voyez, c’est comme les dirigeants actuels du pays vis-à-vis de la Constitution grâce à Jean Eric Rakotoarisoa…

A présent, à lui de prouver que tout ce qui précède n’est qu’un tissu de mensonges. Et, pourquoi pas, me trainer devant un tribunal. On ne sait jamais.

Cependant, il doit savoir, qu’avec moi, l’investigation, ce n’est pas «jouer à la loterie du quitte ou double» (phrase utilisée dans ses menaces). Je ne vais jamais à la guerre contre l’injustice et les voleurs, sans plusieurs autres preuves dans ma besace.

Alors? On verra bientôt si Madagascar est vraiment un État de droit ou si la Grande île est devenue le paradis des malfrats en tous genres. Certes, Jimmy Rakotofiringa est de souche asiatique (ce n'est pas du racisme, c'est une révélation historique, son ancêtre Chan a construit le rail Tamatave-Tananarive) mais qu'il cesse ses chinoiseries politocardes pour vouloir se prendre pour le dirigeant clean qu'il n'est pas, qu'il ne peut plus être et qu'il arrête aussi de profiter du fait que Madagascar est encore et toujours le pays du "moramora" (nonchalance).

Et je me demande, qui -ici ou ailleurs- aurait le pouvoir de le forcer à effectuer un audit du compte de la FSAM. En refusant, c'est qu'il y a, effectivement, quelque chose de pas net.

Jeannot Ramambazafy – 26 avril 2017

*******

LA DOLÉANCE QUE JIMMY RAKOTOFIRINGA N'A PAS INSCRITE A L'ORDRE DU JOUR DE L'AG du 25 AVRIL 2017 ET QUI, PAR CONSÉQUENT, N'Y A MÊME PAS ÉTÉ LUE (format Pdf ici)

Antananarivo, le 21 avril 2017

Au Président de la FSAM

Antananarivo

Madagascar

Objet : Doléance

Pièces jointes : 06 (Ndlr: quelques-unes réparties ci-dessus)

Copie à : Ministère de Tutelle, Direction du Sport Fédéral, présidents de club.

Monsieur,

Nous soussignés, avons l’honneur de vous présenter cette doléances pour les faits cités ci-après existant au sein du monde du sport automobile malgache. En effet, malgré les multiples tentations de trouver une solution commune pour le sport, il s’avère que les propos sont manipulés et mal interprétés, ce qui résulte à un manque crucial de communication et de compréhension au sein des dirigeants de clubs et des licenciés malgaches. Ainsi, nous espérons que cette doléance permettra à toutes les entités d’être sur le même niveau d’information, concernant le problème au sein du sport automobile.

Par la même occasion, nous saisissons le Ministère de tutelle car, selon l’article 31 de la loi 97-014: « Article 31.- le ministre chargé du Sport est le garant du fonctionnement régulier des organismes sports ainsi que du respect de l’éthique sportive au sein des mouvements sportifs ; Un contrôle sur la constitution des organismes détenteurs de la délégation du pouvoir, ainsi que sur leurs activités et leur gestion, est assuré par le Ministère chargé du Sport ».

Ci-après les sujets de nos doléances :

1. Non transparence de la gestion de fonds au sein de la FSAM :

A la suite de l’octroi de fonds par la FIA (Fédération internationale de l’automobile) pour 4 programmes bien définis (formation des officiels en 2012, formation des formateurs et formation des jeunes pilotes en 2013-2014, formation sur l’impact environnemental du sport en 2015), un financement totalisant 213.040,20 Euros, une gestion opaque a été observée. En effet, chaque programme a reçu un financement bien distinct et les fonds devaient être alloué à chaque ligne budgétaire approuvée par la FIA. Il est clairement stipulé que les fonds non utilisés devaient être retournés à la FIA.

Malheureusement, vers la fin de l’année 2016, 2 années après l’octroi du dernier financement, la FSAM avait encore une somme conséquente dans son compte bancaire en devises. Ceci nous a incités à investiguer car, malgré le fait que les coûts administratifs relatifs à l’élaboration et à la gestion des projets n’ont pas été payé par le président, malgré l’approbation desdits coûts dans le budget de la FIA (ligne E001 du budget approuvé), le montant en compte dépassait largement la totalité des impayés.

Considérant cette découverte comme un problème administratif, nous avons saisi le Président et lui avons posé les questions nécessaires afin de mettre la lumière sur cet argent ; nous avons également demandé à ce qu’il procède au paiement des coûts administratifs comme stipulé dans le contrat avec la FIA. Malgré nos multiples demandes, le Président a refusé de procéder au paiement jusqu’à ce que nous ayons commencé à envoyer un huissier de justice. A partir de ce moment, le Président a décidé de procéder à des paiements mais contraires aux lignes budgétaires (des mails de rappels peuvent être imprimés pour constituer des pièces justificatives de cette démarche).

En début 2017, comme le Président refusait toujours de payer les coûts administratifs et de donner des explications sur les fonds, nous avons décidé d’entamer une action en justice (Pièce N°01-Attestation de dépôt de plainte du 01/03/2017).

2. Manipulation des présidents de clubs par le président et condamnation pénale :

A partir du moment où une plainte a été déposée à la police économique d’Antananarivo, le Président de la FSAM a convoqué les présidents de club afin de les informer de la situation. A notre grand étonnement, le Président a refusé qu’un représentant de la partie plaignante soit présent à la réunion. Lors de cette réunion, le président de la FSAM a informé les présidents des clubs de SA version des faits. Suite à cette réunion, le Président de la FSAM a encore demandé de l’aide via un Sénateur qui, à son tour, a demandé à un confrère qui est membre d’un club automobile de s’en charger car il est en meilleure position pour trouver une solution.

Une réunion a, de ce fait, été organisée au restaurant TELOZORO, le 06 mars 2017, une occasion pour les présidents de clubs d’écouter les 2 versions de l’histoire. A l’issue de la réunion, le président de la FSAM a accepté de démissionner de son poste de son plein gré (Pièce N°02-Convention du 06/03/2017). En effet, ce dernier, ayant une condamnation pénale de 8 mois d’emprisonnement avec sursis, redoute toute action en justice. De ce fait, il a manipulé les présidents de club en déformant les informations afin que ces derniers prennent parti pour lui. Une des raisons qu’il a mises en avance étant le fait qu’à cause de cette démarche, la saison sportive pourrait ne pas avoir lieu. Effectivement, cet argument a suscité une grande discussion au sein des licenciés qui ont investi dans la saison. D’où le parti pris des présidents de club.

Les Assemblées générales (AG) organisées ces derniers temps restent des preuves vivantes de cette manipulation. Une convention a été signée à l’issue de la rencontre les présidents de club avec la partie plaignante et le comité de la fédération. Lors de la première Assemblée générale extraordinaire, seul un club a tenu sa parole et a respecté sa signature. Interrogés, les présidents de clubs ont répondu que le président de la FSAM les a informés qu’il a été convoqué à la police pour enquête et, de ce fait, la partie plaignante n’a pas respecté son engagement par rapport à la convention. Avec du recul, et en restant positif et honnête, c’est une manipulation et une déformation des faits. En effet, la procédure judiciaire serait suspendue quand la convention est validée par l’AG (donc après l’AG) et que le Président s’engage à effectuer un audit des comptes et de rembourser d’éventuels écarts par rapport au résultat de l’audit.

En vertu de l’article 3 du décret 2010.001: «Le Ministère en charge du sport peut, si les circonstances l’exigent effectuer un contrôle administratif ou financier pour clarifier la situation d’un groupement sportif dont la gestion est mise en cause».

Ce même décret dispose également que le Ministère est le garant de la légalité de constitution et des actes des groupements sportifs, de l’application des chartes et conventions sportives. De ce fait, nous aimerions attirer l’attention des responsables du Ministère de Tutelle que le Statut de la Fédération stipule dans son article 12 que ne peuvent être membres du comité exécutif de la FSAM, les personnes ayant fait l’objet d’une condamnation pénale. Selon la Pièce jointe No. 03 (copie du Jugement N°2061-FD/B du 16 octobre 2012 devenu définitif par l’Arrêt N°481 du 24/04/15) le président actuel de la FSAM fait l’objet d’une condamnation pénale. Cela démontre sa malhonnêteté car depuis le début de son mandat actuel, il est en violation flagrante de l’article 12 sus-cité.

Dans son article 5, le décret 2010.001 stipule que: «Le Ministère et les groupements sportifs, s’engagent à favoriser la transparence, la communication, la concertation et la dialogue dans leur relations», malheureusement, la fédération évite au maximum toute forme de communication transparente, concertation et dialogue dans sa gestion de ce sport. Le président favorise plutôt les réunions en aparté pendant lesquelles de multiples versions sont donnés, ce qui favorise l’incompréhension totale des licenciés et ainsi, la manipulation des décisions des présidents de clubs.

3. Abus de pouvoir sur les officiels de courses :

Une des raisons de cette doléance concerne également les officiels de course regroupant les commissaires sportifs, les directeurs de courses, les chefs de poste, les chronométreurs, les commissaires stagiaires…). En effet, depuis des années, malgré l’article 3.1 du règlement standard de rallye qui dit que:

« 3. OFFICIELS ET DÉLÉGUÉS - 3.1 COMMISSAIRES SPORTIFS (CS) Le Collège des Commissaires Sportifs (les commissaires sportifs) comprendra toujours trois membres. Le président et un membre seront désignés par la FSAM. Le troisième membre sera désigné par l’organisateur du rallye».

Les clubs organisateurs n’ont jamais eu cette liberté de communiquer directement avec les officiels car la désignation a été mandatée par le Président et devrait avoir impérativement son aval. En temps normal, ceci ne devrait poser aucun problème, mais quand le Président de la FSAM donne l’ordre de ne pas désigner telle ou telle personne car il a un problème personnel avec la personne ou que la personne refuse ses instructions pour trancher en faveur d’un équipage en particulier pendant l’exercice de ses fonctions, et que des officiels expérimentés sont mis sur la touche car ils ne font pas partie des « robots » du Président, cela devient nocifs pour le sport.

Les officiels ont tiré la sonnette l’alarme pendant plusieurs années, mais comme à son habitude, le président de la FSAM manipule les versions et les présidents de clubs et les licenciés ont fini par voir en ces personne passionnées des personnes incompétentes qui nuisent à leur compétition et surtout à leurs gros investissements.

Lors du dernier rallye de la FSAM 2016, la majorité des officiels ont déposé leur indisponibilité auprès de la FSAM. Cette dernière, le dos au mur et en manque crucial de personnes compétentes pour « travailler », a commencé par émettre des menaces verbales. Les officiels sont restés solidaires et les présidents, après avoir été acculés par les pilotes pour la qualité de son rallye, ont décidé de publier dans un quotidien et sur les réseaux sociaux, la dissolution de la commission officielle au sein de la FSAM. Étrangement, dans le même communiqué, il mentionne un nouveau recrutement d’officiels. La question se pose alors: «’agit-il d’une dissolution de la commission, ou une manière bien liée à l’abus de pouvoir habituelle de renvoyer les officiels compétents au détriment des pilotes ?».

4. DISSOLUTION DU CORPS DES OFFICIELS :

Le Président de la Fédération a publié un article dans un quotidien, et a envoyé un e-mail aux clubs concernant sa décision de dissoudre le corps des officiels. Cette dissolution est non conforme au statut de la FSAM adopté le 27 Mars 2010 selon l’article 14 alinéa 2: «Les Commissions Sportives sont créées ou supprimées par le Comité Exécutif et leurs fonctions sont fixées par le Règlement Intérieur de la FSAM».

En effet, cette année 2017, une compétition de « RUN » a été organisée et des officiels ont pris part à l’arbitrage de cette compétition. Une autre compétition de « SLALOM » sera également organisée les 22-23 avril prochains et des officiels de courses se chargeront de l’arbitrage.

Par conséquent, nous estimons que la décision prise n’est pas justifiée car ne repose sur aucun motif légitime ni aucune base légale, sinon une volonté d’éliminer d’une façon unilatérale certaines têtes que le président estime « indésirables ».

5. NOMINATION DU RESPONSABLE DU CORPS DES OFFICIELS :

Nous sollicitons l’annulation de la nomination de l’actuel Responsable du corps des officiels suivant « l’article 14 : Commission sportive du statut alinéa 5 : Les membres du corps des officiels ne pourront être membres des clubs sportifs ».

Nous tenons à signaler que le responsable actuel du corps des officiels:

1- est membre du club TMF Rallye

2- n’a pas respecté les principes de base en tant que premier responsable du corps des officiels tels que :

* prise en considération de l’assiduité, le savoir-faire et la compétence par rapport à la prise de fonction des officiels

* être le garant du traitement équitable et transparent sans base de népotisme envers chaque membre du corps des officiels

* présence à chaque réunion des officiels.

Nous tenons à rappeler que, dans un souci de respecter ce sport qui est notre passion à tous, outre les maintes fois où les officiels ont tiré la sonnette d’alarme sur les abus du Président, le trésorier a également attiré l’attention de l’AG et du Ministère de Tutelle, en présentant sa lettre de démission, le 07 mars 2016 (PJ N°04). Dans ladite lettre, le trésorier sortant a détaillé les raisons de sa démission en espérant qu’en vertu décret 2010.001, le Ministère effectuera un contrôle administratif et/ou financier pour clarifier la situation de la FSAM dont la gestion est mise en cause.

Nous espérons que notre doléance constituera une base saine pour la promotion de notre sport.

Enfin, en PJ No. 05, nous proposons un amendement au statut actuel de la FSAM qui date de l’année 2012. Et, en PJ No. 06, la liste contenant les contacts et les signatures des personnes déposant cette doléance. Nous osons espérer qu’une suite sera donnée à notre proposition.

Meilleures Considérations.

Mis à jour ( Mercredi, 26 Avril 2017 23:12 )  
Bannière

Madagate Affiche

 

Hery Rajaonarimampianina: Fitaratr’i Gasikara (Vitrine de Madagascar)?

 

Jeannot Ramambazafy: Compte Twitter

 

Madagascar. Parti Hvm: nouveau slogan comique

 

USAID Madagascar congratulates the people of Madagascar

 

Pour lutter contre Lucifer, restons dans la Lumière

 

France. Aina Kuric, députée élue LREM dans la Marne

 

Alasora. Remise de dons par ITEC Alumni Madagascar à l’EPP Ambohimarina

 

Madagascar. Le Père Pedro Opeka dénonce le scandale de l'indifférence face à la misère

 

Madagascar Justice et Etat de droit. L’UMRF monte au créneau

...

 

Hery Rajaonarimampianina. Mitohy ny vesatra hitsaràna azy aoriana kely ao…